Restauration de l’oeuvre d’intégration à l’école La clé du boisé

Après avoir passé plus de 15 années dans un entrepôt, La grande ourse a été restaurée et modifiée. La section de granit qui comportait une constellation  n’était plus et j’ai modifié la sculpture de cuivre en insérant à même la surface le tracé étoilé.

La Grande ourse avant et après les modifications

La Grande ourse après le vandalisme et la nouvelle version

La commission scolaire des Navigateurs a trouvé le financement (moitié CALQ et l’autre moitié leur budget) pour effectuer les travaux exécutés par Bernard Paquet. Pour éviter que l’œuvre ne soit à nouveau malmenée, la sculpture a été placée à l’avant de l’école (et non plus dans la cour arrière qui borne un boisé) et l’intérieur de la sculpture est au 2/3 rempli de béton! La surface intérieure a préalablement été recouverte de plusieurs couches de résine pour éviter la contamination. L’idée est venue des gens de la commission scolaire (M. Brousseau et M. Plante) et ils se sont également impliqués pour l’exécution de cette partie du travail. Un professeur de l’école, M. Réjean Boisvert a écrit ce poème pour le second départ de la sculpture à La clé du boisé.

Le jour de la liberté

Vivre m’exalte autant que la vie qui danse avec joie sur le ciel et les astres.

Que de bonheur et de tendresse à contempler ces belles étoiles qui me regardent et me bercent.

Oui, je tiens vraiment à te dire que la folie d’aimer et la sagesse d’apprendre se font sans tache et sans masque.

Fonce et goûte l’avenir d’un premier pas vers la réalisation de soi pour que jamais une larme de regret ne se verse!

Mon ami(e) tu le sais, un cœur qui bat ne saurait briser le rythme de ses pas autant que le cosmos ignorer les « pourquoi ? » d’un univers aussi vaste.

Justement, l’étoile du Nord me guide et me dit que l’enfance est un don et que le libérer un jour est un cadeau précieux qui s’élève vers les cieux…

Mots-clefs : , ,

4 commentaires sur “Restauration de l’oeuvre d’intégration à l’école La clé du boisé”

  1. Bernard Paquet dit :

    Bonjour Michel,
    Je n’en reviens toujours pas d’avoir croisé Réjean Boisvert, maintenant professeur de français à l’école où nous avons installé la Grande Ourse. Il y a au moins 25 ans de cela, nous faisions de la peinture à l’huile dans un atelier de la basse-ville de Québec. Les figurations de Réjean étaient déjà pleines de poésie et de spiritualité. Je ne crois pas qu’il m’ait reconnu. À graviter sans cesse autour des oeuvres d’art, certains satellites se retrouvent parfois…
    Merci encore une fois Michel pour cette belle expérience de travail et d’exploration en ta compagnie. Prochaine étape, Jardin Botanique de Montréal. On va travailler fort et s’amuser.
    Bernard

  2. Suzanne Bernier dit :

    Michel,

    Le financement gouvernemental pour la restauration de votre œuvre provient du Volet 3 du Fonds du patrimoine culturel québécois qui est administré par le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. Ce Fonds a été créé pour aider les propriétaires des œuvres réalisées dans le contexte de la Politique d’intégration des arts (1%) à les conserver en bon état. Il vient à un moment propice, car la Politique aura 50 ans en 2011 et les œuvres vieillissent aussi…
    Bonne continuation.

    Suzanne

  3. Michel Saulnier dit :

    Merci Suzanne pour ces précisions. Je ne suis pas au courant de tous les détails, c’est le propriétaire qui s’est occupé de la demande. Oui, on peut dire que ce volet 3 arrive à point.

  4. réjean boisvert dit :

    Oui Bernard je me souviens maintenant avec joie!

    PS Merci Michel de m’avoir donné la chance d’écrire un poème sur ton oeuvre et de l’avoir accueillie en son sein.