Mon trésor, nouvelle école primaire Saint-Laurent Ouest

Dans ce nouveau projet, la tête d’un ours est devenue tellement immense qu’elle devient une planète. Cette dernière est ajourée et tient aussi le rôle d’une enveloppe, d’une protection qui garde un trésor en son centre, soit une très grosse pierre bleue taillée à la façon d’une pierre précieuse.
La tête d’ours ainsi représentée se veut un clin d’œil à l’histoire récente de la sculpture. Ainsi, l’angle dans lequel repose la tête rappelle la célèbre sculpture de Brancusi : La muse endormie (1910). Cette œuvre, tout en s’inscrivant dans la continuité de mon curriculum (les ours de Ste-Justine ou celui du CUSM), est singulière et est, comme toujours, polysémique : elle évoque, suggère des pistes (poupée Gigogne, bilboquet…), mais elle reste d’abord ouverte aux interprétations.
En surface, le motif industriel de l’aluminium déployé évoque le caractère exponentiel des chemins possibles que chacun peut suivre. Les motifs en formes de losanges sont dynamiques et animent tout le volume. L’apposition du métal doit s’adapter constamment au modelé de la matrice qui sera exécuté au préalable en bois et des solutions lors de la rencontre des motifs devront être développées dans le feu de l’action.
La sculpture recèle un trésor bleu qui se doit d’être d’une incomparable beauté. La technique de peinture utilisée consiste en l’application de nombreuses couches de laque transparente, ce qui donne au final un fini miroir qui viendra mettre en abîme, par des réflexions multiples, toute la représentation interne, tous les sens possibles de l’œuvre. Un système d’éclairage a été conçu par un éclairagiste professionnel pour que, l’obscurité venue, un spectacle visuel émane de cette couleur particulière (jeux de réflexion et de miroir).

Le commentaires sont fermés.