Art public

La vie qui bat, 1989, aluminium, 250 x 195 x 150 cm., Photo : Michel Saulnier

La vie qui bat

1989, aluminium, 250 x 195 x 150 cm.

Photo: Michel Saulnier

La vie qui bat

Projet d'intégration des arts à l'architecture (1%)

Le Jardin Zoologique de Québec a malheureusement fermé ses portes en 2007 et l’œuvre a été déplacée dans un nouveau jardin créé à même l’ancien site.

 

Voici un extrait du texte L’art public en fête de M. Ghislain Papillon paru dans la publication Vingt ans d’intégration des arts à l’architecture et à l’environnement 1981,2002

 

« En guise d’introduction, le cœur/feuille de Michel Saulnier, au Jardin zoologique de Québec, un petit budget pour un résultat grandiose.

On oublie facilement que le choix d’une œuvre résulte d’un processus décisionnel très réglé et précis. Une pratique qui vise le développement de la création, basée sur une connaissance sérieuse de l’œuvre, mais aussi sur le respect du budget alloué à l’artiste. Au sein de ces comités se rencontrent l’analyse des procédés artistiques et celles des modalités concrètes, incluant le budget.

À sa manière, le cœur/feuille, une fusion inventée, une icône symbolique, rend un vibrant hommage à l’écologiste Pierre Dansereau. Une feuille d’arbre haute de plus de deux mètres, aluminium brossé et satiné, se change au verso en cœur humain. Ce cœur/feuille entouré d’animaux captifs pose autant de question sur le destin de notre jardin planétaire qu’une féconde œuvre scientifique. Le cœur, acte d’amour, prend en gestion notre écologie.

Cette manière inattendue de faire l’éloge de la vie fut acceptée sans hésitation par les autorités du Jardin zoologique de Québec. Un tel propos narratif comporte une grande charge émotive. Il oblige une réflexion. La sculpture toute simple dicte une manière de penser la vie, la nature. Elle conduit à un idéel. En art actuel, le symbolique et l’intime demeurent des récits à décrypter. La stratégie de Michel Saulnier, qui est de les utiliser dans des espaces publics, s’avéra fructueuse. »

 

Le Jardin Zoologique de Québec a malheureusement fermé ses portes en 2007 et l’œuvre a été déplacée dans un nouveau jardin créé à même l’ancien site.

La vie qui bat, 1989, aluminium, 250 x 195 x 150 cm., Photo : Michel Saulnier

La vie qui bat

1989

Le Jardin Zoologique de Québec a malheureusement fermé ses portes en 2007 et l’œuvre a été déplacée »

Rossignol, 1989, Aluminium, hauteur: 400 cm, Photo : Michel Saulnier

Rossignol

1989

J’ai cherché à faire une sculpture qui dialogue avec l’histoire de l’art et de l’architecture. »

Le nid, 1989, Cèdre, plomb, aluminium, hauteur: 250 cm, Photo : Michel Saulnier

Le nid

1989

Haut relief en cèdre laminé »