Art public

Les porteurs, 2011, Peuplier faux-tremble torréfié, hauteur 400 cm, Photo : Jacques Gratton

Les porteurs

2011, Peuplier faux-tremble torréfié, hauteur 400 cm

Photo: Jacques Gratton

 

Projet d’intégration pour les bureaux et entrepôts regroupés du MRNF

Localisation : Gaspé

Sur chacune des trois colonnes de droite apparaît un dessin au sens volontairement vague. Pourtant, à un endroit précis sur le chemin d’entrée, l’utilisateur verra apparaître un point sur la colonnade. Il perçoit alors, à gauche, les neuf sphères bien réelles de la sculpture. L’opposition entre la construction matérielle et celle, mentale, du dessin dans l’espace est criante. On prend alors conscience qu’il n’est rien d’aussi fragile et fugace que le tangible et la matière.

 

Le choix du peuplier faux tremble comme bois à sculpter pour cette colonne s’est fait sous le signe de l’engagement social et écologique. Une fois torréfié, ce bois acquiert les qualités des essences rares et même exotiques. Il s’agit pourtant d’un bois local abondant mais longtemps négligé, symbole de rusticité et de nordicité. Des usines locales d’un nouveau genre l’accueillent maintenant avec respect, la proximité de la ressource permettant une économie et une partie de solution à la dévastation des forêts tropicales.

Les 3 colonnes à droite sont aussi faites de bois transformé. La lamellation ainsi que la torréfaction sont donc 2 nouvelles façons d’utiliser la ressource. Les nouvelles connaissances permettent une exploitation saine de la ressource (développement durable).

Il fut un temps où les dieux possédaient la force et dominaient le monde. Puis l’homme, aidé d’un savoir nouveau, a remplacé graduellement les mythes pour devenir ce super héros qui se manifeste à chaque jour sur la planète. Il se questionne maintenant sur les ressources qui ne semblent plus inépuisables et la façon de l’exploiter intelligemment. Cette œuvre d’intégration à l’architecture, sous ses allures sobres et ludiques, en témoigne.

La technique de taille directe (tournage décentré) a été réalisée par Michel Robitaille de Saint-Jean-Port-Joli.